CCXLIII

Zéro et infini cosmologiques ne sont que contes célèbres ; un rien et un sans fin ne sauraient être liés, égaux ou même opposés, car à l’antipode de la somme, de la totalité, se trouve le singulier, l’unité, et les lois universelles de la physique ne leur connaissent d’extrêmes plus larges. Continuer la lecture CCXLIII